vendredi 19 juillet 2013

Un médecin trop zélé

Une épidémie de peste touche Céret de 1651 à 1655, faisant au total une centaine de victimes. Les candidats pour soigner les malades ou enterrer les morts sont, de manière compréhensible, peu nombreux et il faut parfois désigner des personnes d'office, certains ayant fui la ville par crainte de la contagion. Céret compte alors autour de 2000 habitants dont un médecin, trois chirurgiens et deux apothicaires. Un médecin de Gérone est appelé en renfort, mais il repart à peine arrivé après que des soldats lui aient volé tout son équipement. L'épidémie se poursuivant, tout le monde, soignants compris, finit par être assigné à résidence afin d'empêcher la propagation de la maladie. On fait alors appel à Maître Barthélémy Bénaset, médecin à Thuir, afin d'aider aux soins et aux enterrements. Passant en réalité plus de temps dans les tavernes qu'auprès des malades et donc souvent ivre, il ne soigne personne, abandonne des morts n'importe où et finit même par enterrer des malades avant qu'ils ne soient réellement décédés. Destitué de sa charge, il ose porter plainte, mais les consuls de Céret confirmeront le jugement et il sera remplacé par un autre médecin, cette fois-ci tout à fait convenable.

Petites histoires des Pyrénées-Orientales
Ancienne tenue de protection des médecins contre la peste (XVIIème siècle)


Source : Pierre Cantaloube, Céret et les ponts du Tech, Saint-Estève (Pyrénées-Orientales), Les Presses Littéraires, coll. « Le Tech et ses franchissements », 2004, 2e éd., 340 p.
Photo : Par Juan Antonio Ruiz Rivas (Enciclopedia Libre en Español) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) ou CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/)], via Wikimedia Commons

Cette chronique vous a plu, déplu ou vous y avez trouvé une erreur ? Partagez-la ou laissez-moi un commentaire ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire